Ces dernières semaines, les médias français semblent avoir découvert l'existence de Pinterest. Entre la mi-février et la mi-mars, pas moins d'une douzaine d'articles ont été consacrés à ce "nouveau" (il existe depuis deux ans...) réseau. Journaux, magazines d'information, médias généralistes ou spécialisés, tous s'interrogent sur "l'engouement" que suscite Pinterest. En fait, c'est l'explosion de l'audience de Pinterest qui explique cet intérêt soudain. Aux États-Unis, par exemple, le nombre de visiteurs a augmenté de 400% en trois mois.

J'ai lu attentivement plusieurs de ces articles et cette lecture m'a réservé bien des surprises! Elle a mis à mal un certain nombre de mes convictions et je me suis rendu compte qu'en tant qu'utilisatrice de Pinterest, je me faisais bien des idées fausses! Vous connaissez mon altruisme, c'est bien volontiers que je vous fais profiter de l'éclairage donné par ces articles sur ce réseau que vous utilisez vous aussi, afin que vous ne persistiez pas dans votre erreur.  

Première idée fausse: vous pensez être, vous aussi, entrée de plein pied dans le monde enchanté des réseaux sociaux, vous pensez faire enfin jeu égal avec votre ado et vous vous croyez au summum de la branchitude parce que vous pinnez et repinnez à tout va? J'ai le regret, ou plutôt Le Monde a le regret de vous annoncer que nous vous trompez: "Pinterest est définitivement devenu le réseau social qui prend chez les mères de famille américaines". Vous vous croyez super branchée, en fait Pinterest, c'est un truc de ménagères. Zdnet, tout en nuances, fait observer que, selon Google Ad planner, 82% des utilisateurs du site sont des utilisatrices et indique que "La typologie des contenus présents sur Pinterest semble très liée à cette répartition. Les univers "féminins" ... y sont ainsi très représentés", ce qui est une façon plus élégante de dire la même chose, ou peut-être de faire oublier un article publié quinze jours avant sur le même site et intitulé sans aucune délicatesse Pinterest, un truc de filles.

Avant de poursuivre, votre aide-mémoire pour les réseaux sociaux:

m_dias

 

Deuxième idée fausse: l'intérêt de Pinterest. La plupart des articles se posent la question, mais à quoi ça sert? Si la réponse vous semble évidente, je dois vous préciser que presque tous les articles que j'ai lus jusqu'ici ont été écrits par des hommes, ce qui semblerait confirmer l'hypothèse selon laquelle ils viennent de Mars, et nous de Vénus. Le Monde (article écrit par une dame, mais elle ne pose pas la question "à quoi ça sert") évoque un "grand album virtuel où l'on insère une multitude de photos", eMarketing.fr "un tableau d'affichage sur lequel on va épingler nos plus belles photos mais également celles que l'on aura trouvé chez les autres" et Zdunet "une version virtuelle du tableau de liège où l'on punaise des photos". Celui qui a tout compris, c'est M. Manenti, l'auteur de l'article Pinterest, le réseau social très tendance (mais sans intérêt). Son verdict est sans appel: "Quel est l'intérêt de Pinterest ? La réponse est simple : aucun" (vous remarquerez qu'il avait déjà exprimé cet avis péremptoire dans le titre de son article, ce qui ne me paraît pas très habile...) Et il va plus loin: "Certains reprochent aux utilisateurs de Twitter d'être autocentrés, mais sur Pinterest l'égocentrisme bat son plein... Chaque utilisateur est le héros de son exposition personnelle. Il termine en déclarant "Au final, Pinterest est fade", en prédisant au réseau un avenir inexistant, et en le taxant d'"épiphénomène" (ça doit être la pire injure qu'on puisse proférer à l'égard d'un réseau social).

Ca va les filles, vous assumez votre statut de ménagère égocentrique? J'espère pour vous, parce que le pire est à venir. Pour reprendre votre souffle, vous pouvez aller lire dans le Plus Nouvel Observateur l'article de M. Fréry, qui a bien vu, lui, que "les contenus sur Pinterest sont très majoritairement féminins ...[mais] ce n'est pas pour autant que Pinterest doit être caricaturé en "réseau de ménagères"...N'oublions pas que ... les ménagères constituent la cible privilégiée des annonceurs de la grande consommation, qui dépensent des fortunes pour attirer leur attention." Il rappelle aussi "ce que l’on disait à propos de Twitter à ses débuts : personne n'avait vraiment compris son utilité. Si l'on ne voit pas à quoi peut servir Pinterest pour le moment, il faut laisser ses utilisateurs y apporter leurs propres usages." Merci M. Fréry... nous avons bien besoin du réconfort que vos propos nous apportent parce que...

Troisième idée fausse: Pinterest, bloc notes et outil de partage. Vous utilisez Pinterest parce que ça vous permet de vous souvenir où vous avez vu cette carte/cette recette/ ce patron? J'ai le plaisir de vous informer que, telle une moderne Mme Jourdain, vous faites de la "curation" sans le savoir. C'est Zdunet qui le dit: "Pinterest reste un véritable outil de "curation", un moyen simple et pratique d'organiser du contenu pioché ici ou là sur le Web" , et eMarketing le confirme: " les fonctionnalités de Pinterest favorisent le partage et la curation". Vous n'épinglez jamais vos propres créations parce que cela vous semble totalement dénué de modestie et mettez un point d'honneur à épingler celles des autres? Sachez, mesdames, que de la modestie à la cyberdélinquance, il n'y a qu'un pas! Oui, Zdunet fait voler en éclats vos illusions en vous précisant que "Dans la pratique, Josh Davis (LLsocial) estime que 98% des contenus publiés sont en violation directe des C.G.U. du service..." L'article très complet auquel il renvoie explique en effet que, selon les conditions générales d'utilisation du site, vous devez être le propriétaire unique et exclusif du contenu que vous mettez sur le site ou disposer de droits et autorisations sur ce contenu pour pouvoir le mettre en ligne. Or, c'est en contradiction avec les conseils d'utilisation que donne Pinterest qui encourage les utilisateurs à prendre des images sur n'importe quel site web pour les épingler sur leur tableau! Car, tous les articles le reconnaissent, (sauf celui de M. Manenti, dont je m'étonne qu'il ait passé sous silence cet aspect capital...) la nature même de l'utilisation de Pinterest pose un petit problème pour ce qui est de la législation en matière de droits d'auteur.

Je vais m'arrêter ici, car vous venez d'apprendre que vous étiez une ménagère égocentrique, adepte de la curation et en plus cyberdélinquante, ce qui commence à faire beaucoup pour la matinée. Ne courez pas vous livrer à la police tout de suite quand même, suivez le sage conseil de eMarketing: "il faut donc respecter les règles que nous sommes censés appliquer aux autres leviers de communication, comme par exemple citer ses sources". Et pour remettre les choses en perspective, méditez la loi de Sturgeon appliquée au net, que nous rappelle fort opportunément M. Fréry: "90% du contenu partagé sur Internet est plus ou moins inintéressant (...) ce sont les 10 % restants qui sont véritablement importants."