Je crois que je vais devoir couper l'internet et la télé... Ou alors, juste regarder une fois par jour BBC World, sinon je vais passer mon Mac par la fenêtre et ce serait dommage, il est tout neuf.

Je commence à être très fatiguée de lire et d'entendre des inepties. Ce qu'il est convenu d'appeler un "grand quotidien national" (du soir, même) tient ses lecteurs informés grâce à un "live" alimenté en permanence par des questions de lecteurs (triées sur le volet?) et des réponses de... des auteurs des réponses. Le tableau qui s'en dégage est clair: le principal souci du Japon, c'est l'accident nucléaire. Le bilan encore très provisoire du tsunami, le demi-million de personnes sans abri, les survivants qui s'entassent dans les gymnases alors qu'il s'est mis à neiger au nord de Tokyo, qu'au Japon le chauffage central n'existe pas et que les bâtiments ne sont quasiment pas isolés (vous l'ignoriez? ce n'est pas les grands médias français qui vont vous le dire, ils sont trop occupés à se délecter d'un possible "scénario du pire"), tout cela est relégué même pas à l'arrière-plan, encore plus loin que ça. Les uns s'improvisent ingénieurs nucléaires, confondent allègrement fusion et fission, piscines de refroidissement et réacteurs, les autres posent des questions aussi intelligentes que "pour quand prévoit-on le prochain tremblement de terre?" (comme le "prochain train pour Nantes"), et surtout "est-ce que le nuage radioactif risque d'atteindre la France?"

A la télévision... ça ne s'arrange pas. La France envoie des pastilles d'iode à la Nouvelle Calédonie, qui se trouve, il est vrai... à 6500 km du lieu de la catastrophe!! A Hong Kong, on soumet les passagers qui débarquent de Tokyo à un contrôle de radioactivité. Ah bon, c'est comme un virus, en fait? Et pour finir, l'envoyé spécial de France 2 replié sur Osaka, bien fatigué, il est vrai, et qui est persuadé depuis son arrivée là-bas que les autorités japonaises nous cachent des choses, nous annonce sans battre un cil que l'aller simple Tokyo Osaka en Shinkansen coûte 1300 euros... (pour information, c'est 248 euros l'aller retour, le pauvre a dû se planter dans ses conversions...)

La BBC, elle, a maintenu tous ses envoyés spéciaux sur place, à Sendai, Yamagata, Minamisanriku et ils envoient des reportages terrifiants. Ma fille a reçu des nouvelles d'un ancien camarade de classe de Nagoya. Sans nouvelles depuis vendredi des grands parents qui habitent Sendai, la famille a décidé d'aller à Sendai à leur recherche....

Ce que vous pouvez faire?

Par exemple:  faire un don à la Croix Rouge                    

                     lire "Après le tremblement de terre" de Murakami

                     voir ou revoir "Departures" de Yojiro Takita

 ET SURTOUT ne pas courir acheter de pastilles d'iode!!!