Le challenge d'Ecris ton scrap pour cette quinzaine porte sur les tics de langage. Je tiens encore à présenter mes excuses aux non anglophones qui visitent ce blog, mais quand on a des enfants plus qu'à moitié anglophones, ils ont des tics de langage en anglais. En français aussi, d'ailleurs, mais ce sont plutôt des modes très éphémères, et aucune n'est aussi exaspérante que ce tic là:

like674

Celui-là, il dure et il est très difficile de s'en débarrasser!

likejournaling

J'explique: "like" en anglais signifie "comme" (ou aimer mais ici ce n'est pas le cas). Je crois que ce qu'on peut proposer d'équivalent, c'est "genre" qui a eu cours il y a quelques temps en français. Ça donne, genre, ma fille, genre, elle utilise "like", genre tous les trois mots. Eh bien, c'est pareil en anglais. Quelquefois, je me fais préciser, quand elle me raconte qu'il y avait là ce "like, guy and he was like, telling people to like, cross the road", si c'était vraiment un type ou si ça avait juste l'air d'en être un, s'il disait vraiment aux gens ou s'il faisait seulement mine de leur dire et s'ils devaient traverser ou juste faire comme si. Je sais que le professeur principal, que cette manie fait aussi sortir de ses gonds (s'il instaurait vraiment ce système d'amendes, il serait millionnaire à l'heure qu'il est), commente généralement les réponses données à l'oral ainsi "Oui, c'est la bonne réponse, ne tenez pas compte des "like", c'est tout".

Cette manie vient de l'américain... encore pour les anglicistes... la citation sous la bande bleue "Using the same twenty-seven words interspersed with filler noises such as "like" and "you know" is an unacceptable and inefficient form of communication" (toujours utiliser les vingt-sept mêmes mots entrecoupés de "sons de remplissage" comme "genre" et "t'sais" est une forme de communication aussi inacceptable qu'inefficace) est extraite de ce texte qui circulait sur le web après les élections de 2004 et le triste épisode du recomptage des voix en Floride, par lequel nos amis d'Outre-Manche prétendaient reprendre possession de leur ancienne colonie visiblement incapable de faire bon usage de la démocratie. La paternité de ce texte très drôle a été, à tort, semble-t-il, attribuée à John Cleese, c'est du moins ce qu'explique l'auteur de ce blog qui a l'air bien renseigné, et qui a retracé tout l'historique du texte et de ses différentes versions, et vous pourrez aussi y lire les réponses des Americains (capables d'auto-dérision). 

Un petit mot de la photo, l'air pincé s'explique par une nouvelle théorie de ma fille selon laquelle le fait de sourire en ouvrant légèrement la bouche lui donne l'air d'une attardée, "I look soooo retarded", expression très en vogue aussi en ce moment! J'ai beau dire que c'est plutôt les lèvres pincées qu'elle a l'air bizarre, allez comprendre!

Bon c'est promis, jusqu'à la fin de la semaine, je ne vous parle plus que français!