J'ai lu avec plaisir vos commentaires hier (les autres jours aussi d'ailleurs!) et je me suis dit que nous pourrions créer très rapidement une Association des Utilisatrices Mécontentes de leur Imprimante (AUMI), ou peut-être une Union des Victimes Innocentes du Progrès Technique (UVIPT)? Je crois qu'il y aurait suffisamment de candidates parmi vous pour assurer la présidence, la vice-présidence et le secrétariat général de ce type de mouvement!

A part ça, hier, la journée s'est déroulée sous de bien meilleurs auspices. Non seulement il faisait beau, mais en plus mon imprimante était d'humeur coopérative, et la conjugaison de ces deux facteurs a donné une nouvelle page... pour mon journal de jardin!

Il y a un certain temps que je n'avais pas fait de page pour ce journal, et pour cause, il ne s'est pas passé grand chose au jardin ces derniers temps. Mais nous voici à cette époque de l'année que j'aime tant au jardin, le moment où tout repart! Hier après-midi, j'ai nettoyé, coupé, débarrassé les plantes des tiges sèches de l'année dernière, biné, gratté, bref, fait tout ce que j'ai pu pour hâter le cours des événements. A cette époque de l'année, je manque de patience, il faut que je me retienne de ne pas tirer sur les feuilles des bulbes pour les faire sortir plus vite!

Hier encore, comme à chaque fois que je jardine, je pense à mes grands-mères. Dans leur existence pas toujours facile dans un petit village des Pyrénées, il n'y avait pas beaucoup de place pour le jardin d'agrément. Le jardin, c'était avant tout le potager, parce qu'il fallait nourrir la famille. Pourtant, il y avait quand même des fleurs au jardin, des vivaces, parce qu'on avait autre chose à faire que de planter des annuelles, et je me souviens des primevères au coeur d'or, des heuchères qu'on appelait "désespoir du peintre", des pivoines, des énormes dahlias et des aristocratiques cannas. Et je nous revois, mes grands-parents et moi, dans le jardin, attendant mon oncle qui devait venir nous chercher en voiture quand il fallait aller plus loin qu'au bout du village, avec ma grand-mère qui, pour occuper ces quelques minutes d'attente, "arrachait l'herbe" (la mauvaise, bien entendu, la bonne, celle qu'on donnait aux lapins, on la coupait, on ne l'arrachait pas). Je crois que j'ai cette image en tête à chaque fois que je me penche sur des mauvaises herbes dans mes massifs...

Une lectrice a dit récemment qu'elle apprenait souvent de nouveaux mots en venant sur ce blog, je ne sais pas si ce sera le cas aujourd'hui. J'espère que la fonction zoom marche, pour que vous puissiez lire le texte... et la définition d'atavisme.

atav041

J'adore ces alphabets Thickers en mousse d'American Crafts. Ils collent toujours bien (alors que certains autres ont l'air de laisser une bonne partie de leur pouvoir adhésif sur la planche!), j'aime leur texture, leur aspect, et je trouve celui-là parfaitement adapté à du C&S!