Sur le blog Écris ton scrap, le sujet proposé par Val pour le troisième challenge était le suivant: Utiliser dans son journaling au moins dix mots en -our, pour rimer avec "amour"...

Le sujet n'était pas l'amour à proprement parler, mais il me fallait bien un point de départ, aussi je suis quand même partie de ce mot, puisque le jeu consistait à rimer... autour. Bien sûr, si vous êtes des habituées de mon blog, vous êtes familières de l'atmosphère délicieusement romantique qui y règne en toutes circonstances et connaissez mon goût immodéré pour les petits coeurs, le rose, les fanfreluches, les dentelles et les serments passionnés... Vous ne serez donc peut-être pas surprises de constater que j'ai traité le sujet sur le mode de la dérision...

J'ai aussi fait quelque chose qui ne m'était encore jamais arrivé: scrapper une photo que j'avais déjà scrappée. Pour s'en souvenir, il ne faut plus être seulement une habituée, mais carrément une fidèle de la première heure, car la première page réalisée avec cette photo a été publiée le 4 mars 2007. Il s'agit d'une photo prise à Kyoto, au sanctuaire Jishu Jinja, qui se spécialise dans les problèmes liés à la difficulté de trouver l'âme soeur. Comme dans tous les sanctuaires japonais, on y trouve quantité d'amulettes, porte-bonheurs et autres talismans, qui, moyennant quelques espèces sonnantes et trébuchantes, garantissent au fidèle (ou au client?) la réalisation de ses voeux les plus chers, dans le domaine de son choix. Le sanctuaire pratique des tarifs très démocratiques, puisque pour 500 yens (3,70 euros), on peut déjà s'offrir un talisman "Trouver l'amour", augmenter encore ses chances de le trouver pour 1000 yens (7, 40 euros) et l'enchaîner littéralement à soi pour moins de 15 euros! Qui ne profiterait pas d'une telle aubaine? (Moi, pour commencer, mais c'est uniquement parce que 1) je l'ai déjà trouvé et 2) j'ai TRES mauvais esprit).

sujet3scrapo

Pour l'occasion, j'ai ressorti ma panoplie de tampons et de papiers japonais. Eh bien le washi, ça se coupe toujours aussi mal (je ne vois pas pourquoi ça aurait changé, d'ailleurs), et on a beau changer sa lame de cutter, rien n'y fait. J'en profite pour féliciter Alexandra s-m qui, sur le petit aperçu que j'avais mis en ligne vendredi, a tout de suite reconnu qu'il s'agissait d'un papier japonais.

journaling_sujet_3

Et enfin, non ce n'est pas mon écriture, mais la police Ali Edwards...