Depuis le temps que je laissais des commentaires du style "C'est une excellente idée que je vais reprendre, si tu n'y vois pas d'inconvénient" ou "Il faut absolument que j'en fasse un aussi" lorsque je voyais cet objet sur vos blogs, j'ai tout de même fini par mettre ce projet à exécution. Ce que je me promettais de faire depuis plusieurs mois, c'est un (voire plusieurs) classeur(s) pour mes tampons acryliques. Le tiroir dans lequel je range mes planches de tampons ne fermant plus pour cause d'épaisseur excessive des planches entassées à l'intérieur, c'est un des chantiers que j'ai entrepris pendant mes vacances.

Je vous le dis tout de suite, je ne suis pas contente du résultat. Sur un projet aussi simple, j'ai réussi à accumuler les âneries à un rythme positivement stupéfiant. Bon, mon mari y est un peu pour quelque chose: j'allais utiliser ma Bind it All et c'est lui qui m'a conseillé les anneaux, avec des arguments séducteurs, mais trompeurs (je tiens à préciser que ce n'est pas le genre de mon mari, ce genre d'arguments, mais même lui peut se tromper, on dirait), arguments du type: tu pourras utiliser les trous des perforations des pochettes plastique, et tu pourras toujours rajouter des pochettes par la suite si nécessaire, alors qu'avec une reliure Bind it All, tu seras coincée. Résultat: les trous dans les couvertures cartonnés sont un peu trop petits, les anneaux ne coulissent pas bien, et quand le classeur est ouvert on dirait que les deux couvertures ne sont pas alignées.

messages1

Deuxième erreur, les pochettes plastique. Ca ne se coupe pas bien, impossible de faire une coupe propre, finalement j'ai dû rajouter des trous car les perforations existantes ne permettaient pas de placer trois anneaux à intervalles réguliers. Seul avantage, à moins de stocker le classeur la tête en bas, on est sûr que les planches de tampons restent bien à l'intérieur.

messages3

Troisième ânerie, avec démonstration du fameux principe des trois C d'Ali Edwards (couvrir, coller, camoufler). Une fois que j'ai eu fait mes perforations dans ma couverture, j'ai reporté l'emplacement des trous sur le fond (au lieu de mesurer consciencieusement, ma paresse me perdra). Sauf que je ne l'ai pas pris dans le bon sens, le fond. Sauf que sur la première couverture, j'avais fait les trous au pif, sans centrer quoi que ce soit. Résultat, un décalage d'un bon centimètre entre les perforations des deux couvertures. Bien fait pour moi. Voilà pourquoi j'ai été obligée de passer ce raphia dans la dernière de couverture, afin qu'il masque les perforations surnuméraires! Je sais ce que vous allez me dire et je vous arrête, pas question de relier l'ensemble du classeur avec le raphia, il ne résisterait pas au cisaillement.

messages2

Bon, inutile de se voiler la face, il est évident, au vu de ce qui précède, que mon projet est un fiasco sur toute la ligne. Toutefois, il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur, et en toute chose s'efforcer de trouver des raisons d'espérer. En effet, contre toute attente, mon tiroir ne se ferme toujours pas mieux, alors que j'en ai sorti au moins cinq planches de tampons. Il va donc falloir que je fasse d'autres classeurs, et là, à défaut de savoir ce qu'il faut faire je saurai au moins ce qu'il ne faut PAS FAIRE!