C'est encore une page de mon journal de jardin que je vous propose aujourd'hui. Je crois que j'ai beaucoup plus de facilité à scrapper ce sujet que n'importe quel autre jusqu'à présent, peut-être parce que je peux écrire sans me livrer beaucoup... bon, on ne va pas se lancer dans la psychologie à deux francs un vendredi, juste avant un week-end qu'on nous annonce beau, en plus!

Ah, le temps, parlons-en justement! C'est une des grandes préoccupations des jardiniers. Cette année, nous avons eu un printemps tout à fait correct, à tel point que j'ai dû arroser certaines plantes à certaines périodes. Ces derniers jours, en revanche, cela n'a pas été le cas, le temps assez perturbé a quelque peu malmené le jardin... c'est dans l'ordre des choses, tout jardinier doit être avant tout philosophe.

Sur ma page du jour, il y a du texte, mais pour changer un peu, il n'est pas de moi. Il s'agit de la prière du jardinier de Karel Čapek, extraite d'un délicieux petit ouvrage dont je vous parlerai plus longuement lundi.

J'ai fait mon fond de page avec des brushes sous Photoshop. Sans prétendre maîtriser totalement mon sujet, j'arrive maintenant (grâce à Ramasyl) à me débrouiller à peu près sans transformer la session en une expérience frustrante et énervante. Ensuite, texte sous Word, et là, il fallu trouver une police qui ne prive pas M.Čapek  de son haček (c'est ce petit accent circonflexe inversé sur le "c" qui indique qu'on doit prononcer Tchapek), et puis photo mattée sur du kraft avec un bout de calque. J'ai besoin de votre avis: le petit onglet vert au dessus de la bande photo, à gauche, il n'est pas fixé. Vous le mettriez, vous, ou pas? Plus je le vois, plus je m'y fais, finalement. 

Copie_de_pri_re1

Je dois confesser que, pour être en grande partie verte, cette page n'en est pas pour autant très écolo... pas moins de cinq impressions au brouillon avant de trouver la couleur que je voulais pour les brushes... Cela dit, ça m'a permis d'avoir des "fonds de brouillon" pour imprimer le texte et vérifier, notamment, s'il se détachait suffisamment nettement sur ce fond.

J'allais oublier de vous mettre un zoom sur le texte

pri_re1480

La prochaine fois qu'il pleuvra chez vous, vérifiez bien ce qui tombe...