Je vous avais annoncé que vous reverriez ces papiers. C'était inévitable, car ils faisaient partie du kit de survie mais désormais, il ne me reste plus beaucoup de rayé.

Ca doit être la première apparition de mon fils en photo sur mon blog, si on excepte la page Incognito et sa photo en gros plan tronquée, où il portait des lunettes de soleil. Si sa soeur est toujours naturelle devant l'objectif, lui en revanche est devenu très difficile à prendre en photo. Soit il fait l'idiot, soit il prend la pose et il n'est pas naturel, et à l'extérieur il a toujours les yeux fermés à cause du soleil! Et c'est bien dommage, parce qu'il n'est pas désagréable à regarder, mon grand garçon...

Cette page, incontestablement C&S cette fois (Traductix, je t'échange une formation "Scrapbooking: courants et tendances" contre un cours e-Formatage et Legisgreffe quand tu veux) est réalisée avec des photos prises trois semaines avant notre départ du Japon. Juste avant de quitter son école, Matthieu a eu la chance de faire partie d'un groupe d'élèves du lycée qui a représenté l'école à l'Assemblée générale du "Model United Nations" qui avait lieu à Pékin et rassemblait des centaines de délégations d'écoles internationales du monde entier. Trois jours de débats, de groupes de travail, de présentations et d'examens des résolutions avant de passer au vote... Un aperçu du fonctionnement des institutions internationales mais aussi des grands enjeux géopolitiques et des problèmes auxquels la planète entière est confrontée.

Les consignes étaient claires: formal dress. Cela signifie qu'on ne se pointe pas en jeans et Sweatshirt, fussent-ils de marque (on fait pas mal d'affaires à Pékin, si j'ai bien compris...). Dans ma génération, si on avait dit à un garçon de quinze ans qu'il devait porter un costume, ça aurait fait toute une histoire. Matthieu, à ma grande suprise, était ravi d'acheter un costume (voire deux), des chaussures habillées, des chemises et des cravates (je ne vais quand même pas mettre la même pendant trois jours, m'a-t-il dit!).

Autre nouveauté: mon cher et tendre sur une photo! Eh oui, en général, il est de l'autre côté de l'objectif! Mais comme il est le seul à savoir faire les noeuds de cravate, c'est lui qui s'est chargé de la formation accélérée pendant que je prenais les photos. Les noeuds de cravate, c'est vraiment une affaire d'hommes (enfin, chez nous, parce que je connais aussi pas mal d'hommes qui seraient bien incapables de faire leur noeud de cravate si leur femme ne s'en chargeait pas). Il y a eu trois sessions intensives apparemment fructueuses, car sur les photos de Pékin, la cravate est bien nouée, et notre fils n'était pas parti avec les noeuds tout faits à faire coulisser! Et pour la photo, du coup, concentré sur son noeud de cravate, Matthieu ne cherche pas à poser et c'est bien mieux!

Il y a un petit journalling caché un peu plus personnel sous le papier imprimé à gauche. 

affaire

Papiers Scenic Route et Crate Paper, uni beige Clairefontaine, alphabet Toga.