Merci à tous ceux qui m'ont souhaité une bonne année du rat... Vous en avez sans doute entendu parler davantage en Europe que moi ici, car le Japon est entré dans l'année 2008 le 1er janvier, comme les pays occidentaux, et le Nouvel An chinois n'est pas du tout fêté ici. Le Nouvel An japonais est complètement distinct du Nouvel An chinois. Même si les Japonais ont gardé la tradition de consacrer chaque année à un animal, ils ont complètement abandonné le calendrier lunaire chinois. Les festivités du Nouvel An sont terminées depuis la mi-janvier et les magasins ne consacrent pas, comme c'est le cas depuis quelques années en Europe, des rayons aux produits chinois en l'honneur du Nouvel An chinois, surtout vu l'état des relations entre la Chine et le Japon en ce moment! En plus, il faut faire de la place pour la Saint-Valentin et Hina Matsuri le 3 mars. Le Nouvel An chinois doit tout au plus faire l'objet d'un entrefilet dans les journaux et je ne sais même pas si a eu droit à une couverture quelconque au journal télévisé...

Ce qui fait la une aujourd'hui, c'est l'arrestation de trois sumos dans le cadre d'une enquête sur la mort d'un jeune apprenti sumo en juin dernier, la suite du feuilleton des gyoza empoisonnés, et cette fameuse vidéo que les Australiens ont eu le mauvais goût de diffuser, qui montre un bateau japonais en train de pratiquer des activités de "recherche" sur une baleine et son petit. C'est rageant, à la fin, les Japonais font tout ce qu'ils peuvent pour faire progresser la science, et voilà qu'un bateau des douanes australiens (même pas Greenpeace) se trouve là et les filme en train de harponner le baleineau et sa maman, sans comprendre le moins du monde qu'il s'agit là d'une activité de recherche. Qu'est-ce qu'ils peuvent être bouchés, parfois, les Australiens, ça doit être à force de vivre la tête en bas. Enfin, ce matin, le Japon a officiellement adressé, par la voix de son ministre de la Pêche (remplaçant sans doute son collègue de la Recherche qui devait être empêché...) un message au gouvernement australien pour lui faire savoir qu'il trouvait cette initiative fort regrettable.

Les Japonais n'en sont pas à une contradiction près, mais enfin, c'est un peu le cas de tout le monde. Les traditions restent vivaces, plus que chez nous me semblent-il. Juste pour apporter quelques éléments de réponse à Mook, qui demandait si tout le monde respectait vraiment toutes ces traditions ou si cela dépendait des gens, je dirais - mais c'est juste mon sentiment personnel - que c'est avant tout une affaire de conformisme, mais aussi que les Japonais sont les champions du syncrétisme. C'est-à-dire qu'ils mélangent sans problèmes plusieurs doctrines différentes. Environ 85% se disent à la fois bouddhistes et shintoistes, et ça n'empêche pas de nombreux jeunes couples de vouloir à toute force un mariage "à l'église".

Je me suis souvent demandée, quand je vois ce genre d'autel: 

futa

si des gens qui descendent d'une Toyota dernier modèle, avec GPS et radar de recul, se prennent en photo devant le sanctuaire avec leur téléphone et envoient immédiatement la photo à leur copain vénérent réellement la divinité shinto qui est censée se trouver dans ces grenouilles... Cela dit, ça ne les empêche pas d'aller dans les temples, dans les sanctuaires et à payer (fort cher souvent) toutes sortes de cérémonies destinées à porter chance aux examens, à assurer un accouchement facile, à éloigner le mauvais sort ou à éviter les accidents de voiture. Je crois qu'il y a une part de conformisme, comme tout le monde le fait, on ne pas être en reste, que diraient les Yamamoto s'ils apprenaient que nous n'avons pas fait faire de cérémonie pour les examens de notre fils, et une part du pari de Pascal, et qu'ils se disent peut-être que si ça ne fait pas de bien particulier, au moins ça ne peut pas vous nuire...