A partir de demain, je vais reprendre mon rythme habituel, c'est-à-dire pas de travail le dimanche! Mais je vais vous laisser sur une petite promenade hivernale en images à l'occasion de laquelle nous verrons si vous avez bien suivi, ces derniers temps, tout ce que je vous ai raconté!

L'hiver, c'est, selon nous, l'époque idéale pour aller à Tsumago. Tsumago est un petit village situé dans la vallée de Kiso, à moins d'une heure et demie de Nagoya. A l'époque Edo, Tsumago et sa jumelle Magome étaient deux relais de poste situés sur la Nakasendo, une route qui reliait Kyoto à Edo (aujourd'hui Tokyo). Ces deux grosses bourgades offraient auberges, restaurants et magasins aux voyageurs et messagers qui empruntaient la route. A l'ère des autoroutes et du Shinkansen, qui se soucie désormais de prendre la route postale qui dessert l'intérieur du pays? Dans les années 60, pourtant, les habitants de Tsumago, inquiets de voir leur village se vider, ont commencé à entreprendre des travaux de restauration et de préservation de leurs maisons. Le gouvernement s'y est intéressé, et le village a été déclaré zone protégée. On a même fait l'effort d'y enterrer les câbles électriques...enfin, dans la rue principale. Les deux villages sont devenus plutôt touristiques, à la belle saison, des cars entiers y débarquent. Tsumago est quand même resté plus authentique, il y a encore des habitants à l'année, et c'est toujours là que nous allons. L'altitude n'y est pas très élevée, environ 400 mètres, mais il y a de la neige tout l'hiver, c'est un des charmes de la promenade en cette saison, allié à la rareté des touristes....

Depuis le parking qui borde la route de la vallée, on se faufile par d'étroits passages entre les bâtisses pour atteindre l'unique rue du village, le long de laquelle se serrent toutes les maisons.

tsuma11

A l'époque de la route postale, en effet, il fallait se trouver sur le bord même de la route si on voulait bénéficier de la clientèle de passage. Cette rue est aujourd'hui piétonne et invite à la flânerie. Malgré le froid, il y avait quand même deux cars de touristes dûment accompagnés de leur guide. Certes, il n'y a qu'une rue, mais ce n'est pas une raison!

tsuma8

Tsumago a conservé de nombreuses traditions des villages de montagne. Qu'est-ce qui sèche dans ces jolis filets en paille de riz? (c'est ici qu'on commence à voir si vous avez suivi).

tsuma2

La rue du village est bordée de profonds caniveaux qui permettent d'évacuer l'eau de la fonte des neiges, mais aussi d'alimenter un réseau de viviers et de bassins car les habitants pratiquent la pisciculture. Ici, dans le coin à gauche, on aperçoit une roue à aube.

tsuma3

Un peu plus loin, devant une maison, pourquoi ce décor à l'entrée?

tsuma12

Un peu partout, des jolis coins secrets à découvrir, une lanterne enneigée,

tsuma9

Une cour égayée de baies rouges:

tsuma4

Un alignement de petits seaux à eau pendus sous le rebord du toit...

tsuma10

La rue aujourd'hui ne comporte presque que des boutiques vendant de l'artisanat local (la vallée est réputée pour le travail du bois). Il s'agit de magasins de l'époque Edo, il n'y a pas de vitrine, mais une grande baie coulissante largement ouverte sur la rue quand le magasin est ouvert, même en plein hiver!

tsuma6

Le sol est en ciment, voire en terre battue. Le magasin communique avec le logement des propriétaires, à l'arrière. Comme c'est souvent le cas au Japon à la campagne, la confiance règne. En ce moment, en plus, c'est la saison creuse, donc s'il n'y a personne dans le magasin, il faut sonner la petite cloche qui se trouve sur le comptoir, ou taper avec un petit maillet en criant "Gomen kudasai!"

tsuma5

Tsumago est l'endroit idéal pour s'imprégner de la tradition. Dans une boutique qui vend des confiseries locales, nous avons vu, trônant sur le comptoir, cet édifice indissociable du Nouvel An au Japon, vous vous souvenez? Personnellement, c'est la première fois que j'en voyais un "fait maison".

tsuma1

Pour terminer, nous sommes allés nous réchauffer dans une petite boutique qui possède un "irori", ce foyer ouvert creusé à même le sol au-dessus duquel on accroche une bouilloire, lui aussi typique des vieilles maisons japonaises. Le propriétaire fabrique exclusivement des grosses brioches cuites à la vapeur fourrées aux haricots rouges, aux noix, aux légumes ou ...à l'aubergine(!), que l'on déguste accompagnées d'un thé, autour de l'irori". 

tsuma7

C'est la fin de la ballade! Comptez vous 10 points si vous avez reconnu les kakis qui sèchent sur le mur. Vous pouvez ajouter 10 points si vous avez répondu des décorations de Nouvel An à la deuxième question, et carrément 20 points de bonus si vous aviez retenu le mot kadomatsu. 20 points encore si, sur le comptoir, vous avez reconnu un kagami mochi, car celui-là, c'est un vrai, et pas une coque en plastique achetée au supermarché! Ici, on voit très nettement que la galette de riz se craquelle en séchant, et elle doit tenir jusqu'au 11 janvier...

10 points en moins si vous pensiez que le Japon était un pays tropical, 10 en moins aussi si vous pensiez que c'est seulement un univers de béton et de technologie! A lundi!