Les 30 et 31 décembre règne une activité fébrile dans les foyers japonais. J'ai déjà eu l'occasion de le dire, si le Nouvel An est ici une des plus grandes fêtes de l'année, il n'est toutefois pas fêté de la même manière que chez nous. Vous verrez demain, notamment, que la Saint-Sylvestre ne se déroule pas du tout dans le même esprit qu'en Occident!

Le sentiment dominant au Japon, en ces derniers jours de l'année, c'est qu'il faut faire place nette. Il faut régler toutes les affaires en cours, mettre de l'ordre, bref, faire le ménage dans sa vie afin de pouvoir tourner la page de l'année écoulée et commencer la nouvelle année dans les meilleures dispositions. Voilà pourquoi, le 30 et le 31 décembre, les balais, chiffons, têtes de loup et autres plumeaux entrent en action, car c'est le moment du Oosouji (grand ménage) ou susuharai (ramonage). Les Japonais prennent au pied de la lettre cette idée de nettoyage des restes de l'année écoulée et font donc le ménage de fond en comble. Pour l'occasion, les supermarchés consacrent des rayons spéciaux aux produits et ustensiles ménagers nécessaires à l'opération:

DSC07583

Je dis les Japonais, je devrais plutôt dire les Japonaises, car les hommes ne participent pas tellement aux tâches ménagères ici... Pourtant, au rayon spécial "grand ménage" du supermarché, il y avait ce prospectus:

osoji020

Ce dépliant publicitaire pour une marque de produits ménagers offre un calendrier du mois de décembre sur lequel sont encadrés les jours du grand ménage. Il met, sans détour, le mâle nippon face à ses responsabilités ménagères. En effet, ce sont les deux derniers week-ends de décembre qui ont été choisis pour le grand ménage, sans doute pour profiter de la présence de Monsieur. C'est d'ailleurs Monsieur et son fils, enthousiastes d'ailleurs, qui figurent dans le cadre, et ils ont revêtu pour l'occasion le tablier indispensable au ménage dans tout foyer japonais. Plus moyen de se dérober!

Qu'est-ce que vous faites de plus par rapport au ménage habituel? ai-je demandé à mes élèves. Je lave tous les rideaux et je fais toutes les vitres, me dit l'une. On décroche toutes les moustiquaires et on les nettoie, me dit l'autre. Je nettoie la salle de bains à fond, m'explique la troisième. Ici, je dois préciser que ça ne signifie pas qu'elle ne fait pas le ménage dans sa salle de bains d'habitude, mais il faut avoir vu une salle de bains japonaise pour comprendre. En général, la partie où se trouve la baignoire est séparée du reste et constitue une pièce à part, constituant une sorte de grande cabine dont les parois et le plafond sont en plastique, avec une évacuation d'eau dans le sol. En effet, au Japon, on se douche à l'extérieur de la baignoire en se lavant, et une fois propre, on s'immerge dans la baignoire. Cette digression me paraissait nécessaire pour vous expliquer que ce n'est pas sale chez mon élève, mais qu'au moment du grand ménage elle nettoie sans doute en plus les parois et le plafond de la partie "baignoire" de sa salle de bains.

Une fois que tout est briqué, astiqué, bref purifié pour la nouvelle année, on installe les décorations dites Kadomatsu. Il s'agit de présentations qui contiennent généralement les trois plantes symboliques de la nouvelle année: bambou, pin et fleurs d'ume (abricotier-prunier japonais). Le bambou, comme notre roseau, symbolise à la fois la souplesse et la robustesse, puisqu'il plie mais ne rompt pas, le pin, avec ses aiguilles persistantes, est synonyme de constance, et la fleur de prunier représente le renouveau. Il ne faut pas oublier qu'avant 1873, c'est le calendrier chinois qui était en vigueur au Japon et que l'année commençait donc entre la fin janvier et la mi-février, donc beaucoup plus près du début du printemps et de la floraison des ume. J'avais consacré un article au prunier japonais, l'ume, au tout début de ce blog...

Les kadomatsu se placent normalement de part et d'autre de la porte d'entrée. Elles y restent en général jusqu'au 14 janvier. Les hôtels et les grands magasins peuvent se permettre des kadomatsu imposants, comme ceux-ci:

kado1

Actuellement, il fait un peu froid pour les fleurs d'ume, et les kadomatsu entièrement naturels, comme sur la photo, sont composés, outre le bambou et le pin, de branches avec des baies colorées et de choux décoratifs à la base, qui supportent mieux les températures extérieures.

kado2

En cette saison, pour les fleurs d'ume, il faut s'accommoder du plastique! Voici mon kadomatsu:

DSC_0506

100% plastique, 15 centimètres de haut, 105 yen au 100 yen shop... Je ne vais pas le laisser devant ma porte car il serait ridicule et on risquerait de marcher dessus, mais sur la console dans l'entrée, nous en profiterons davantage, en s'approchant bien...

Le 30 et le 31 sont également consacrés à la confection du osechi ryori, c'est-à-dire les plats qui seront mangés pendant les trois premiers jours de la nouvelle année. Compte tenu de la variété des mets dégustés, il convient de s'y prendre à l'avance. Pour l'occasion, on sortira de belles boîtes en laque à étages, qu'on appelle "jubakko" dans lesquelles seront disposées toutes les bonnes choses préparées pour la fête.

Comme vous le voyez, on ne chôme pas ici à la fin de l'année...