Hier, nouveau jour férié. Je ne sais plus très bien en l'honneur de quoi l'on chômait, mais en revanche je savais que s'il faisait beau, ce serait un jour chargé en embouteillages, car c'est la pleine saison des érables. Il fallait donc que nous nous trouvions un but d'excursion pas trop éloigné, où l'on puisse éventuellement voir des érables, mais qui ne soit surtout pas réputé pour ça. Nous avons donc décidé de suivre le cours de la rivière en direction de Tajimi, dans la préfecture de Gifu, et d'aller déjeuner au restaurant Totoya.

restoporch

Contrairement à de nombreux restaurants au Japon, Totoya n'est pas au bord de la route. Totoya n'a nullement besoin d'une situation qui lui assurerait le bénéfice de la clientèle de passage, car sa réputation n'est plus à faire, et on y vient de très loin pour y manger. Pour atteindre le restaurant, il faut prendre une toute petite route qui ne mène qu'à une clairière, parmi les érables et les bambous,

restobam

car c'est là que se trouve Totoya, auprès d'un étang qu'on franchit par un petit pont de bois.

restoent

Bancs de bois sous les érables invitant à la rêverie, boutique vendant les céramiques des innombrables poteries des environs construite autour d'un vieux cerisier pour lequel on a percé le toit, détails charmants pour enchanter le visiteur, Totoya est en harmonie avec la nature qui l'entoure.

restomouss

Mais pourquoi vient-on de si loin pour manger chez Totoya? Des soba. Les soba, ce sont des nouilles faites à partir de farine de sarrasin. Il existe plusieurs types de nouilles au Japon, les udon qui sont blanches et épaisses, les ramen qui sont plutôt des nouilles chinoises, jaunes, et les soba, typiquement japonaises, grises à cause de la farine utilisée. Évidemment, on trouve des soba partout, y compris dans les supermarchés, mais quand on connaît un bon restaurant spécialisé, qui fait ses soba à la main, on n'hésite pas à faire des kilomètres et à attendre une demi-heure pour manger! Et c'est le cas de Totoya. Le restaurant ne fait QUE des soba, et pas d'autres nouilles. Elles sont faites sur place:

restosoba

Ici, évidemment, c'était terminé, car les nouilles ont été faites le matin. D'ailleurs, chez Totoya, c'est simple: les nouilles sont préparées tous les jours, dans la matinée, on les sert à midi, tant qu'il y en a, quand il n'y en a plus, le restaurant ferme.

Ce n'est rien de dire que les soba sont faites à la main: la pâte est étendue sur un linge (en fait, elle est placée entre deux toiles étendues par terre et piétinée, protégée par la toile du dessus, pour l'amincir et l'étendre) et ensuite, elle est pliée et repliée puis coupée au hachoir :

restocoupe

Et voilà les soba:

restosoba1

Totoya fait dans la "belle" simplicité, intérieur en bois, matières naturelles, tables basses et coussins. Pour les soba aussi, le restaurant sublime la simplicité, car on pourrait penser que des nouilles à la farine grise, ça n'a vraiment rien d'extraordinaire. Ce serait compter sans cette capacité qu'ont les Japonais de porter à la quasi-perfection les choses les plus simples. Chez Totoya, les soba ont un goût qu'elles n'ont nulle part ailleurs...

restointer

Tout ici vous incite à vous réjouir des choses simples: sur notre table, un intéressant reflet des érables à l'extérieur...

restorefletr

Et voici notre plat: les soba dans leur bouillon, accompagnées d'une tempura croustillante à souhait, et d'un thé de sarrasin. Le restaurant n'utilise que de la vaisselle provenant des poteries environnantes, de ces étonnantes céramiques japonaises toujours dépareillées et toujours assorties.

restoplat

Pour être tout-à-fait complète, je dois vous préciser aussi, que comme tout restaurant de soba qui se respecte, on vous apporte ensuite un pichet en laque rouge qui contient l'eau de cuisson des soba, que l'on ajoute à la fin de son bouillon et que l'on boit avec délectation...un grand moment de bonheur et de simplicité.