Je vous ai déjà parlé ici, mais c'était au mois de mars, de lumière et de papier. Nous avions alors tout juste découvert la petite bourgade de Mino, qui était, entre le dix-septième siècle et la fin du dix-neuvième, l'un des plus grands centres de papier washi du Japon. Pour fabriquer du washi, il faut des fibres de mûrier et beaucoup d'eau. Mino se situe dans la préfecture de Gifu, où poussaient des mûriers, et la petite ville se trouve sur les berges de la rivière Nagaragawa qui fournissait aux papetiers de l'époque toute l'eau nécessaire pour exercer leur activité. A l'époque, Mino a connu la prospérité grâce au washi.

Aujourd'hui, c'est une petite ville somnolente, dans laquelle subsistent plusieurs maisons de l'époque Edo extrêmement bien préservées. La municipalité semble encourager l'activité artisanale liée au papier et, s'il ne reste plus que deux papetiers qui travaillent "à l'ancienne", c'est-à-dire en fabriquant le papier à la main et en le faisant sécher au soleil, on trouve en ville plusieurs magasins de papier artisanal et des galeries d'art exposant des objets en washi. Mino n'en est pas pour autant devenue un de ces pièges à touristes remplis de magasins de souvenirs aux couleurs criardes où les groupes défilent entre deux autobus. Les maisons ont été restaurées avec un véritable souci d'esthétique et les aménagements urbains du petit centre ville sont d'une qualité rare au Japon, où l'on vous fournit généralement toutes les commodités nécessaires mais sans se préoccuper de leur intégration dans l'environnement.

Depuis 14 ans, Mino organise début octobre le festival "Akari arto", l'art de la lumière. Il s'agit en fait d'un gigantesque concours de luminaires en papier washi. Il est ouvert à tous, petits et grands, artistes professionnels ou particuliers, Japonais ou étrangers. Pendant tout le week-end, les oeuvres présentées pour le concours sont exposées dans les petites rues de Mino, où le public peut les admirer. Dès que la nuit tombe, tout s'éclaire et on peut les contempler jusqu'à 22 heures.

Le festival de Mino, c'est aussi une organisation irréprochable, à la japonaise. Du parking de dissuasion installé à la sortie de l'autoroute, des navettes gratuites vous conduisent au centre ville, entièrement piétonnier pour l'occasion (on vous reconduira au parking ensuite). Tous les corps constitués de la petite ville sont sur le pied de guerre: les collégiennes, organisées en brigade, sont chargées de récolter les déchets et de vous indiquer le chemin.

minogomi

A différents endroits sont installés des stands qui vendent des brochettes, de grillades (de seiche, ici), des nouilles, des pommes au caramel, pour que les visiteurs ne meurent pas de faim.

minoika

La fête peut commencer, dans les petites rues de Mino.

minorue

Il est à noter que toutes ces oeuvres extrêmement délicates et fragiles, même si le washi est paraît-il le papier artisanal le plus solide du monde, sont exposées dans la rue, sur leur socle, et qu'on peut les toucher librement. Pas une seule n'était dégradée à la fin du festival, et pourtant les gens s'accroupissent, les effleurent, parfois les tournent un peu pour prendre leur photo, puis les remettent respectueusement en place. Aucune présence policière non plus dans les rues, on se demande bien à quoi elle servirait...

Les photographes entrent en action. Moi, j'ai le mien, qui s'est balladé pendant quatre heures avec tout son matériel sur le dos et sans qui vous ne verriez pas tout ce que vous allez voir.

minophoto

Le rose attire le rose...

minokimo

Ici, des luminaires colorés réalisés le plus souvent par des classes ou par des écoliers:

minocouleurs

Nous sommes arrivés en fin d'après-midi et avons commencé par faire un premier tour de l'exposition. D'après les numéros, il y avait plus de 600 pièces exposées.

La créativité des exposants ne connaît pas de bornes. Nous ne connaissons pas exactement les règles du concours, mais il semble que toutes les matières soient permises en plus du papier washi. Le plupart des oeuvres ont des armatures en bambou ou en fil de fer, mais certains créateurs ont aussi eu recours au fer forgé, au plexiglas ou à d'autres matériaux. Nous avons tous été séduits par l'ingéniosité poétique de cette lampe:

minooeufallume

L'oeuf est allumé, et l'oiseau a les ailes déployées. Quand on abaisse le levier en bambou...

minooeufdemi

...les ailes se referment et l'intensité lumineuse diminue. Au bout de la course du levier...

minooeufeteint

La lampe est éteinte et les ailes se sont refermées.

Justement, la nuit tombait, et nous avons alors refait ce tour dans l'obscurité, où tout change car la plupart des oeuvres acquièrent une toute autre dimension lorsqu'elles sont allumées.

minofruitsj

minofruits

Comme en témoigne cette coupe à fruits, version jour/nuit.

Ce sont maintenant les oeuvres illuminées qui guident les pas des visiteurs:

minonuit

Et qui les poussent à s'intéresser de près aux détails que la lumière met en valeur, qu'il s'agisse de la filigrane du papier...

minofleurs

des découpes pratiquées...

minocone

du travail sur la texture...

minocrochet

Non, ce n'est ni du crochet, ni de la vannerie, j'ai touché, c'est toujours du papier!

minocrochdet

Les motifs dessinés à l'aide de petits bouts de papier roulés en cylindres sont également souvent utilisés:

minolib

Ce cube, par exemple, changeait du tout au tout selon qu'on le voyait en plein jour ou éclairé, la nuit. Je précise qu'il n'y a aucun relief, c'est "juste" un cube entièrement fermé et couvert de papier, mais tout repose sur les différentes couches de papier repliées et collées avec des épaisseurs variables, ce qui donne une impression de relief avec la lumière. Sans doute l'oeuvre d'un prof de maths passionné par la géométrie...

minocube

Les artistes de l'Akari arto ont des sources d'inspiration diverses. Certains ont réalisé des lampes de forme géométrique, très sobres mais où tout est dans la texture du papier:

minotext

D'autres ont privilégié le travail en relief du papier:

minosurface

Certains se sont inspirés de la nature et ont opté pour une représentation figurative d'animaux (c'est pour Jacqueline!) :

minoowl

Peut-être de leur animal domestique...

minofishbowl

...avec cet extraordinaire souci du détail:

minofishdet

Ou encore de fleurs:

minolotus

minolotdet

D'autres ont combiné les deux, formes abstraites et géométriques certes,

minosakura

mais agrémentées de motifs floraux. Je précise qu'ici chaque carré de washi placé sous chaque fleur a été roussi à la flamme...

minosakdet

Encore un dernier avant de se quitter...

minoform

Nous ne savons même pas qui a gagné et, pour tout dire, ça ne nous intéressait pas tellement car toutes les réalisations avaient leur charme. D'ailleurs, beaucoup d'oeuvres recevaient des prix et je ne suis même pas sûre que le jury désigne un seul gagnant, car les oeuvres concourent dans de nombreuses catégories.

Bon, alors, cette fois, vous n'allez pas pouvoir vous plaindre qu'il manque le son. Quant aux critiques, réclamations ou autres commentaires relatifs aux photos, ce n'est pas à moi qu'il faut les adresser!