En ce long week-end pascal, j'ai un peu levé le pied, moi aussi, même si Pâques n'est absolument pas fêté au Japon. Contrairement à Noël, le potentiel commercial de cette fête a l'air de leur avoir totalement échappé...

Aujourd'hui, je voulais vous présenter un autre petit souvenir de Nikko, bien différent du précédent. Le Tosho-gu de Nikko, dont je vous ai déjà parlé, était au départ un mausolée bouddhique mais il est ensuite devenu shinto. Ce n'est pas un problème au Japon où les deux religions font très bon ménage, alors qu'au départ elles n'avaient rien en commun. Au fil des siècles, chacune des deux a fini par intégrer quelques éléments de l'autre, les Japonais vont aussi bien au temple qu'au sanctuaire, et tout se passe à merveille.

Le Tosho-gu, donc, est un sanctuaire important. A ce titre, il a le droit d'avoir un cheval, qui est utilisé pour les processions lors des fêtes religieuses organisées par le sanctuaire. Ces fêtes ne sont pas si fréquentes que ça, quelques fois par an tout au plus. Le reste du temps, le cheval demeure dans le santuaire. Après avoir franchi la première grande porte du Tosho-gu, un des premiers bâtiments que l'on voit est l'écurie du fameux cheval. A l'intention des touristes étrangers, il y a aussi un écriteau présentant le cheval:

DSC_0082

Si vous ne lisez pas l'anglais, cela dit: Le cheval sacré: il s'appelle Koha, ce qui signifie "cadeau" en maori. Il s'agit du deuxième cheval sacré offert par la Nouvelle-Zélande [au Japon] en gage d'amitié et de bonne volonté entre les deux pays. Il n'existe actuellement aucun autre cheval sacré offert par un pays étranger qui soit de service dans un sanctuaire japonais.

Et effectivement, Koha est "de service" au sanctuaire, oui, mais pas n'importe quand. Je ne sais pas si on protège particulièrement bien les animaux remplissant un office public ou si c'est dû à son statut sacré, mais l'emploi du temps de Koha n'est pas éreintant, jugez plutôt:

DSC_0083

Koha est de service dans cette écurie quatre heures par jour. Il passe le reste du temps dans une autre écurie plus moderne et sur un terrain d'entraînement.

6 heures: fourrage (petit-déjeuner), 8 heures à 9 heures: exercice sur le terrain d'entraînement, 10 heures à 14 heures: de service à l'écurie. Midi: fourrage (déjeuner) 14 heures à 15 heures: exercice, pâturage, 16h30 fourrage (souper), 21 heures: fourrage (dîner).

Eh bien, moi, je trouve qu'il y a du laisser-aller dans ce sanctuaire. Non seulement on ne sait même pas ce qu'il fait entre 6 et 8 heures et entre 16h30 et 21 heures, cet animal, mais en plus, nous, on ne l'a même pas vu alors que nous avons visité le sanctuaire entre 10h et 14h, période pendant laquelle il est censé être de service! Dans un pays où les horaires sont respectés à la seconde près, je trouve qu'il y de l'abus!