Le 20 mars, c'est la journée mondiale de la francophonie. Pour fêter ça, je voulais vous montrer la superbe casserole que je me suis offerte. Lorsque je l'ai vue dans le rayon, je n'ai pas pu résister, il me la fallait absolument. Et comme c'était au magasin à 100 yens, que vous connaissez maintenant, pourquoi s'en priver?

Comme chacun sait, le français est non seulement la langue du chic et du bon goût, mais c'est aussi la langue de la bonne cuisine et de la gastronomie. Et comme, je le répète, au Japon, le français se vend bien, rien d'étonnant à ce qu'une casserole vendue ici porte une inscription en français. Enfin, avec des mots français... mais regardez plutôt:

DSC_0042

Allez, pour bien saisir le message, je vous la remets en gros plan:

DSC_0040

Cette fois, on remarquera que tous les mots sont correctement orthographiés, les accents sont bien placés, ils sont dans le bon sens et on n'en a même pas rajouté quelques uns pour faire "plus français". Les termes utilisés, "cuisine", "récipient", "plat", ont un rapport certain avec l'objet. Mais, à nouveau, c'est le sens du message qui m'échappe.

C'est surtout ce "deviendra bon à cuire plus loin" qui me plonge dans un abîme de perplexité. La casserole serait-elle équipée d'un capteur qui évalue la qualité du plat en cours de préparation et ne déclenche la cuisson que si le plat en est jugé digne? Ou est-ce que cela signifie juste que le plat n'en sera que meilleur s'il est cuit dans cette casserole?

En tous cas, je ne sais pas si ce cuisine récipient, lui, sera bon à être utilisé beaucoup plus loin, car je ne m'en suis servie qu'une fois et il y a déjà un éclat dans l'émail. Mais qu'est ce que vous voulez, on a déjà une casserole avec une inscription en français pour 105 yens, on ne va pas non plus vous donner du Le Creuset!