Retour à l'alphabet dans le désordre, avec le D. Page champêtre... enfin pas tant que ça. Connaissez-vous le daikon? C'est un espèce de croisement entre le radis et le navet, mais du genre surdimensionné. Cru, sa chair est blanche, croquante et brillante comme celle du radis et si on le conserve un peu trop longtemps, il prend un goût fort, comme le radis. Pour le manger cru, il faut le râper et il accompagne généralement le sashimi (poisson cru). Cuit, sa consistance et son goût rappellent le navet, et on l'utilise dans les soupes, les plats chauds. En revanche, sa taille n'a rien à voir avec ses deux cousins: un daikon fait bien 40 cm de long et doit sans doute peser 800 grammes à un kilo. Au supermarché, on les vend entiers, mais aussi decoupés en tronçons, on peut n'en acheter qu'un quart ou qu'une moitié. C'est vraiment le légume le plus courant ici, même si c'est un légume d'hiver, on en trouve toute l'année.

Le qualificatif "champêtre" n'est pas tout à fait approprié car le daikon pousse apparemment très bien en ville; cette photo a été prise au pied d'un immeuble pas très loin de chez moi. Ce n'est pas le centre ville, mais c'est encore Nagoya et pas la pleine campagne. Les grandes (et même les petites) villes japonaises sont laides mais ont des charmes cachés. Dès qu'on s'éloigne du centre, les petites maisons individuelles se multiplient, généralement entourées de petits jardins, parfois réduits à de simples bandes de terre, où on a planté un cerisier, un petit érable, un pin soigneusement taillé...et si possible une plate-bande d'oignons, de choux et de daikons. Au coin des pâtés de maisons ou en bordure des canaux, on trouve souvent des lopins de terre transformés en jardins ouvriers. En décembre, on récolte le daikon. A cette époque là, on l'arrache et on le laisse sécher quelques jours à l'extérieur, sur des cordes tendues sur des piquets. Il devient alors très décoratif! Ensuite, il faut le rentrer, et il n'est pas rare de dépasser des grands-pères ou grand-mères rentrant de leur petit jardin sur un vélo croulant sous le poids des daikons ficelés sur le porte-bagage et dépassant des sacoches...

Ma page: presque uniquement des papiers japonais à motifs traditionnels, à part les carrés marron uni utilisés pour le titre et l'alphabet Making Memories.

daikon049

Et pour voir les daikons dans leur contexte:

DSC_0501

Et d'encore plus près:

DSC_0505