scrapojapon

24 octobre 2014

Absence

nidmerle

Je vais abandonner mon poste devant mon clavier pendant une petite semaine... mes oisillons reviennent au nid, en ordre dispersé, comme il se doit. Arrivées et départs vont s'échelonner sur toute la semaine prochaine, donc je vous retrouverai - avec grand plaisir, cela va sans dire - à partir du 4 novembre!

Bonnes vacances à vous, si vous avez la chance d'en avoir!

Posté par scrapo à 08:31 - Commentaires [9] - Permalien [#]


23 octobre 2014

Pour compléter...

voici le volet suédois de mon billet polars!

Dans la série "J'ai craqué pour...", encore une fois, parce qu'en anglais et en format électronique c'était finalement très abordable et surtout disponible fin août:

sand

C'est le quatrième tome de la série consacrée à l'inspecteur Joona Linna. Comme les autres, il est glaçant jusqu'à la fin et on a du mal à le lâcher. Je me demande si on ne pourrait pas obtenir le même effet avec un peu moins d'hémoglobine et de cadavres, mais bon... Si vous êtes fan, j'ai plein de nouvelles pour vous! La version française, intitulée "le marchand de sable", sortira le 5 novembre. Et les auteurs (si vous ne le saviez pas, Lars Kepler est le pseudonyme d'un couple, qui perpétue la tradition suédoise d'écriture de polars à quatre mains lancée par Sjöwahl et Wallhöö dans les années soixante) viennent de publier le cinquième volume de la série. Il paraitra demain en Suède, et encore un scoop, on y retrouvera Erik Maria Bech de "L'hypnotiseur". Evidemment, si votre maîtrise de la langue de Strindberg laisse à désirer, il va vous falloir attendre un peu pour le lire en traduction française, mais vous avez déjà "Le marchand de sable" et j'ai encore des choses pour vous...

 

Le suivant, quand j'ai vu l'annonce sur le site de mon infréquentable fournisseur, j'ai d'abord cru à une plaisanterie ou à un coup de pub de l'auteur, mais ça n'a pas l'air d'être son genre. Oui, je ne trouve pas qu'Henning Mankell ait l'air d'un plaisantin ni d'un écrivain qui cherche à faire parler de lui à tout prix.

event

Bon, alors, si vous êtes fan de Mankell et de Wallander, vous allez me dire, quoi, encore un Wallander, mais Mankell ne l'a-t-il pas expédié dans l'au-delà à la fin de "L'homme inquiet"? Et je vous le confirmerai, car l'événement m'avait suffisamment traumatisée pour que j'y consacre un billet. Alors, d'où sort ce livre et où se place-t-il dans la série? Eh bien, il a d'abord été écrit sous la forme d'une nouvelle (il est effectivement plus court qu'un volume normal) et retravaillé pour servir de scénario à un des épisodes de la série Wallander de la BBC (avec Kenneth Brannagh). Effectivement, j'avais vu cet épisode et je m'étais demandée si c'était ma mémoire qui me trahissait car je ne voyais pas sur quel livre il était basé. Bref, il vient maintenant d'être publié et est disponible en français depuis quelques jours sous le titre "Une main encombrante", titre que je trouve personnellement mal choisi, même si le titre original et effectivement "la main", que dès le début du roman, on comprend à quoi il fait allusion et qu'en outre on ne me demande pas mon avis. Rien de bien exceptionnel dans ce court roman, donc, juste le plaisir de retrouver notre héros alors qu'on en avait fait notre deuil et finalement, c'est déjà beaucoup. Une postface de quelques pages de Mankell aussi, qui parle de ses rapports avec son personnage et nous explique (de nouveau)pourquoi il a tué Kurt! (A mon avis, c'est de la pure jalousie, il se trahit en disant qu'il reçoit régulièrement des demandes en mariage adressées à Wallander - et pas à lui!).

Je termine par un intrus... pour moi, ce n'est pas du polar scandinave pour différentes raisons (et pas seulement parce que c'est écrit par un Français), mais si on aime les intrigues policières situées en Laponie, alors il faut lire:

lapon

L'auteur est journaliste, installé à Stockholm où il est le correspondant du "Monde" et du "Point". Il nous apprend des tas de choses sur la Laponie, l'élevage des rennes et les Sami (voir ici pourquoi utiliser le terme "Lapons" pourrait être considéré comme péjoratif). La police des rennes existe réellement! On y apprend aussi que la montée du nationalisme et de l'intolérance n'épargne aucun pays, même s'il est aussi prospère que la Norvège et que les ressources encore inexploitées du Grand Nord suscitent bien des convoitises.

Ce dernier thème est d'ailleurs central pour le deuxième opus de la série, qui vient de sortir:

detroit

On y retrouve Klemet et Nina de la patrouille des rennes, et cette fois c'est le début mai, donc au lieu de faire nuit tout le temps il fait jour en permanence. Les rennes sont toujours là mais l'action se concentre surtout sur l'exploitation du pétrole en mer de Barents. J'ai quand même eu l'impression que le roman s'essouflait un peu sur la fin et que tous les fils n'avaient pas été renoués, mais je l'ai lu sans déplaisir.

Posté par scrapo à 05:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 octobre 2014

Bien au chaud....

 Je vous préviens tout de suite, si vous n'êtes pas fan de polars scandinaves, il vaut mieux passer votre chemin aujourd'hui et demain, même s'il y a un intrus dans ma liste... Mais si vous avez un faible pour les policiers déprimés, les inspecteurs lugubres ou les détectives privés désabusés, installez-vous au chaud et préparez vous à frissonner dans les vastes étendues glacées du Nord (et à l'évocation des crimes horribles qu'on y commet).

J'ai lu pas mal de polars depuis cet été ... je m'étais un peu calmée mais j'ai découvert de nouveaux auteurs et il y a de nouveaux titres qui sont sortis à la rentrée, ainsi que des titres qui m'avaient échappé (si, si, c'est possible).

Si vous voulez bien, on va commencer par l'Islande et la Norvège aujourd'hui, et on gardera la Suède et l'intrus pour demain!

Toujours pas de nouvel Indridason à l'horizon depuis "Le duel" et le "Livre du roi", qui ne nous disent toujours pas ce que devient Erlendur, donc j'ai élargi un peu le champ de mes recherches. Ce qui m'étonne toujours chez les Islandais, c'est qu'ils ont beau ne pas être nombreux, ils ont quand même des tas d'auteurs de polars! Et c'est ainsi que j'ai découvert Viktor Arnar Ingolfsson. Comment? En traînant sur Ama*on. Oui, je sais, ce n'est pas bien, ils maltraitent leurs salariés et pratiquent l'évasion fiscale sur une échelle gigantesque mais j'avoue que quand il s'agit de polars, j'ai du mal à résister. Tellement de mal que j'en ai lu deux coup sur coup.

J'ai commencé par "Daybreak"

daybreak

et comme le tandem que forment les inspecteurs Birkir et Gunnar m'a bien plu, j'ai immédiatement enchainé sur "Sun on Fire", qui met en scène les deux mêmes personnages (oui, en format électronique, l'achat prend une minute et ces livres ne sont pas chers, comment voulez-vous que je résiste?)

sun

Si vous ne lisez pas l'anglais, pour le moment il n'y a, à ma connaissance, qu'un seul Ingolfsson qui ait été traduit en français, c'est "L'énigme de Flatey", que je n'ai pas lu et qui est un peu plus ancien (et ne met pas en scène mes deux fameux inspecteurs!). En tout cas, une découverte intéressante pour moi.

Toujours au même endroit, je suis tombée sur un Gunnar Staalesen que je n'avais pas lu! J'ai été étonnée, car contrairement à Ingolfsson, Staalesen a été beaucoup plus traduit en français qu'en anglais, déjà plus de douzaine de titres en français contre trois ou quatre en anglais. Le problème, c'est que si, en français, les livres ont été traduits avec un certain souci de respecter l'ordre chronologique de leur parution (avec des années de décalage, puisque dans le dernier que j'ai lu, Varg Veum commence tout juste à utiliser un ordinateur...), ce n'est pas du tout le cas en anglais! Quand on lit dans les deux langues, ça devient très compliqué de s'y retrouver. Mais c'est avec un réel plaisir que j'ai lu "Cold Hearts", d'autant plus que je suis allée à Bergen cet été, et que l'action de tous ces livres se situe à Bergen. En plus, la série des Varg Veum est plutôt atypique dans les polars scandinaves en ce sens qu'il y a beaucoup d'humour, même si les récits sont très sombres et la critique sociale féroce...Et après une bonne heure de recherches sur internet, je viens enfin de comprendre qu'il est inutile que j'achète "L'enfant qui criait au loup" qui vient de paraitre en français, parce que je l'ai déjà lu en anglais l'an dernier sous le titre "The consorts of Death" ! Et comme "Cold Hearts" vient juste après "The consorts of Death", j'ai maintenant deux coups d'avance sur la traduction française de la série. Si j'en crois la liste qui figure dans Wikipedia, qui contient le seul repère valable, à savoir les titres originaux en norvégien, il reste encore trois livres à traduire, et des Français ou des Anglais, je ne sais pas lesquels tireront les premiers.

 

coldh

 

Gardez les moufles et les bonnets, demain on va en Suède!

 

 

 

 

 

Posté par scrapo à 05:52 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

20 octobre 2014

Rencontre

Parmi les plaisirs associés au fait d'avoir un blog, il y a les rencontres virtuelles. Depuis plus de sept ans, avec un certain nombre d'entre vous, j'ai échangé des courriers électroniques et postaux, laissé des commentaires et répondu à d'autres, et même parlé au téléphone! 

Mais dans notre petit monde virtuel, la rencontre réelle est d'autant plus précieuse qu'elle est rare. Jeudi dernier, donc, c'est avec grand plaisir que j'ai rencontré Flo(kapadblog), qui était de passage à Bruxelles. Le temps d'un déjeuner, d'une promenade dans le centre-ville, nous avons fait plus ample connaissance et Flo m'a remis un petit sac en partant...

C'était Noël avant l'heure!

 

P1100694

J'ai voulu vous faire aussi partager cet agréable moment, puisque Flo n'a pas de blog, c'est toujours un privilège de pouvoir admirer ses créations, et une grande joie pour moi de pouvoir vous en montrer une:

P1100695

Merci Flo pour cette belle après-midi!

Posté par scrapo à 05:12 - Commentaires [14] - Permalien [#]

17 octobre 2014

Trou de mémoire

 

Je ne me souviens plus du tout si je vous ai déjà montré cette carte, faite l'an dernier à cette époque-ci et gardée en réserve pour le jour où....

 

P1100693

Justement, j'ai eu besoin d'une carte en début de semaine et elle tombait à point nommé car j'avais juste le temps de fermer l'enveloppe et de me précipiter à la poste.

Vous avez peut-être meilleure mémoire que moi.... vous rappelle-t-elle quelque chose?

Posté par scrapo à 05:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]



14 octobre 2014

Question de fond

Pour cette carte d'anniversaire masculine, j'ai lifté une carte de Stéphanie que j'ai juste débarrassée de ses embellissements féminins. Mais si je vous la montre, ce n'est pas (uniquement) parce que je n'ai rien d'autre sous la main, c'est parce que le "papier imprimé" est un papier maison, fruit de mes premiers essais avec la Gelli Plate.

 

annivpapi

Gelatos, Gelli plate, l'automne est la saison des expériences!

Je n'avais jamais entendu parler de la Gelli Plate avant de recevoir un message promotionnel d'une boutique en ligne dans laquelle je commande de temps en temps. J'ai regardé la vidéo de démonstration, par curiosité, et j'ai commandé dans la foulée, chose qui ne m'arrive jamais. Quand le colis est arrivé, je n'ai pas eu le temps de m'occuper de son contenu tout de suite, et il s'est écoulé deux ou trois semaines avant que je me souvienne de la Gelli Plate! Du coup, je me suis lancée dans les essais avant même d'avoir revu la vidéo, et je reconnais que j'ai pas mal improvisé.

L'avantage, c'est qu'on procède par couches, et qu'on a - dans une certaine mesure quand même - la possibilité de recouvrir ou de rajouter des couches pour modifier l'aspect de la feuille. L'inconvénient, c'est qu'à moins de noter scrupuleusement les couleurs, les pochoirs et les accessoires utilisés à chaque étape, on est incapable d'obtenir deux fois le même résultat!

Ainsi, je ne sais plus du tout comment j'ai réussi à obtenir ce motif:

photo-5

 

Il serait sans doute présomptueux de qualifier ma démarche d'empirique... le terme "aléatoire" serait certainement beaucoup plus approprié. Je suis déjà, d'habitude, totalement incapable d'anticiper visuellement le résultat de mes actions. Alors, avec la Gelli Plate, l'application des pochoirs à des stades différents et les motifs imprimés en positif et en négatif, je vous laisse imaginer la scène! Après avoir recouvert plusieurs feuilles de superpositions de couleurs et de motifs, j'arrive à un résultat dont je ne suis pas trop mécontente, il manque juste la petite touche finale. L'illumination se fait, pour obtenir ce que je veux, il suffit que je pose le pochoir, que je passe un coup de rouleau, que j'enlève le pochoir, que j'applique la feuille... ah ben non, ce que j'obtiens est exactement l'inverse de l'effet que je recherchais!

Il va falloir que je renouvelle mon stock de peinture acrylique, mais j'ai maintenant un petit stock de feuilles imprimées dont je tirerai peut-être quelque chose dans les semaines à venir, à suivre....

Posté par scrapo à 06:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 octobre 2014

Pour celles...

qui se demandent à quoi nous nous occupons maintenant que nos enfants ont quitté la maison...

la réponse en images:

 

photo

 

Réalisée un peu à l'improviste samedi pour une fête d'anniversaire qui avait lieu le soir. C'est notre premier essai. Il va sans doute falloir que nous améliorions un peu notre technique de montage car nous arborons tous les deux de superbes cloques au bout des doigts (pas facile pour taper!) à force de les tremper involontairement dans le caramel liquide - donc forcément brûlant - mais c'est un bon début!

 

Posté par scrapo à 05:35 - Commentaires [15] - Permalien [#]

10 octobre 2014

Aperçu

Il y a un certain temps que je ne vous ai pas fait le coup... j'ai fait une page, mais elle est sur Scrap Rendez-vous!

Une mise en garde toutefois: si vous êtes très, très clean, mieux vaut peut-être vous abstenir...

 

sundet

 

Posté par scrapo à 06:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2014

Cartes

 

Un petit post carterie rapide...

Une carte sur laquelle il y aurait des tas de choses à dire, certaines ayant un intérêt parfois discutable.

Il n'y a pas à dire, Stéphanie a sur moi un effet on ne peut plus stimulant. Il faut dire que chez Stéphanie, depuis trois mois, il se passe toujours quelque chose: elle se marie, elle lance un BJB pour son petit troisième, c'est son anniversaire... Et comme, vu ma lenteur proverbiale, je ne fais guère plus d'une carte par mois, en ce moment, il y a de grandes chances qu'elle soit pour Stéphanie!

Venons-en à la carte, maintenant. Et à la photo de la carte pour commencer. La prendre en photo dans la matinée avec un soleil rasant, ce n'était pas une bonne idée. Vraiment pas. Du moins, j'espère que ce n'est que la photo et qu'elle était moins "caca d'oie" dans la réalité. Parce que si c'est le cas, alors ce n'était pas non plus une bonne idée de travailler avec des verts anis un peu limite le soir à la lumière électrique.

Encore des choses à dire sur cette carte d'une originalité confondante, notamment dans sa composition? Mais oui! Une fois lancée, on ne m'arrête plus (je suis partie pour rattraper deux ou trois années de billets télégraphiques, je crois). J'ai fait mon fond aux gelatos! Oui, j'ai fait une petite commande en septembre et il n'y a que quelques jours que j'ai commencé à regarder ce qu'il y avait dedans. J'ai fait quelques essais sur du papier aquarelle dont la texture donne cet aspect particulier, un peu moucheté, et comme je n'étais pas trop mécontente, je me suis enhardie. J'ai aussi fait des découpes dans du papier imprimé! C'est un truc tout bête, mais je ne l'avais jamais fait, je recommencerai.

 

carteStepH2

Je viens de remonter au début de mon billet pour le relire. En fait, il n'est pas si rapide que ça, ce post.

Et voici la très jolie carte très clean que j'ai reçue de Stéphanie qui, elle, doit se contenter de ma patouille!

cartesteph copie

 

Posté par scrapo à 05:40 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2014

Premier contact

Samedi, c'est sans même un regard en arrière que j'ai quitté la déchetterie communale après avoir déposé feu mon imprimante dans la section "déchets électroniques". A posteriori, je ressens bien une petite pointe de culpabilité d'avoir fait preuve de tant d'ingratitude, mais enfin, je lui avais déjà adressé un éloge funèbre ici même (que vous avez été nombreuses à commenter, ce dont je vous remercie) et... sa remplaçante est arrivée!

Et sa remplaçante, il faut le reconnaître, a beaucoup de qualités.

D'abord, elle rentre, au millimètre près, sur le petit meuble à tiroirs moche sur lequel trônait déjà l'ancienne. Moche, mais pratique. Dans une autre vie, je viderai tous les tiroirs, je le poncerai, le repeindrai en blanc et changerai les poignées des tiroirs. Mais ça, c'est pour ma future réincarnation en personne organisée.

epson

 

Elle fonctionne en Wi-fi et a été très facile à configurer. Car je ne vous cache pas que cette histoire de Wi-fi n'était pas sans m'inquiéter un peu, d'autant plus que j'avais lu dans le comparatif sur la foi duquel je l'ai choisie que l'équipe de test n'avait pas réussi à la faire fonctionner en Wi-fi (ce qui ne les a pas empêchés de la mettre en tête du classement). Je comptais d'abord attendre le retour de mon mari samedi pour la mettre en route et la configurer. Heureusement que ma fille n'est plus là, car elle m'aurait vertement semoncée, en me faisant remarquer qu'on n'est pas obligée d'appeler un mec à la rescousse dès qu'il y a quelque chose à brancher. Curieusement, ce féminisme militant ne l'a jamais encouragée à accepter l'offre de son père qui lui proposait de lui apprendre à manier une perceuse, pas plus qu'elle ne se précipite sur la tondeuse quand on désigne son frère comme volontaire pour la corvée.

Quoi qu'il en soit, dans mon cas, malgré l'absence de ma fille, la tentation était trop forte, j'ai déballé l'imprimante et l'ai mise en route. En dix minutes, tout était fait, encre chargée, Wi-fi configuré avec une facilité déconcertante. J'ai un peu tatônné pour ma première impression parce qu'il y a un bac de chargement de papier à l'avant et un autre à l'arrière, ce qui n'était pas le cas avec l'ancienne. J'ai finalement compris comment indiquer à l'imprimante quel bac elle doit utiliser, et j'ai imprimé ma première photo... une réussite!

 

Pour vendredi, je m'en suis tenue là, laissant le premier essai d'impression A3 pour le week-end, avec l'assistance de mon mari. Et là aussi... ça marche!

Je ne sais pas pourquoi je suis tellement surprise qu'un appareil fonctionne exactement comme il est censé fonctionner, mais c'est comme ça!

DSC_6334

Beaucoup d'émotions pour un seul week-end, je n'ai pas encore essayé le scanner... mais c'est pour bientôt!

 

Posté par scrapo à 05:43 - - Commentaires [12] - Permalien [#]



Fin »